Le bruit, cet ennemi invisible

Le bruit est partout : dans notre sphère privée et au travail. L’OMS le classe comme 2ème menace sanitaire en Europe après la mauvaise qualité de l’air.

Le bruit est un danger car il provoque des lésions parfois irréversibles sur nos oreilles mais il occasionne aussi des dommages sur tout le reste de notre corps.

Bourdonnements, acouphènes, surdité, stress, troubles du sommeil peuvent être les conséquences directes de cet ennemi redoutable.

Le bruit nous casse les oreilles peu à peu

Nos oreilles n’ont pas la capacité de se fermer pour se protéger.

Le bruit excessif ou prolongé, sur le poste de travail par exemple, entraine des lésions allant d’une simple fatigue auditive, à des sifflements temporaires jusqu’à une surdité irréversible.

La surdité est rarement soudaine, les premiers symptômes apparaissent après une période de latence pouvant durer de quelques mois à quelques années. Passé cette période, certains sons deviennent inaudibles.

Le bruit est une source de divers disfonctionnements sur notre santé

Le bruit impacte notre corps tout entier.

Il agit sur notre sommeil en provoquant des insomnies, il est responsable de fatigue, de stress, de baisse des fonctions cognitives (concentration, mémoire…), de troubles digestifs, d’hypertension, de maladies cardiovasculaires

Le bruit est aussi un facteur d’accident. Il détourne l’attention et masque les signaux d’alerte.

Il perturbe nos liens sociaux en limitant la communication orale et peut même être source de conflit.

Il nous coute cher

Le coût social du bruit en France représente 57 milliards d’euros par an.

Dans l’entreprise, outre le fait qu’il soit à l’origine d’accidents du travail, le bruit génère chaque année des pertes de productivité et de l’absentéisme. 30 minutes de travail sont perdues par jour par un actif sur cinq, soit six millions de Français. Le coût de cette nuisance s’élèverait à près de 23 milliards d’euros par an.

Les accidents du travail et la surdité provoqués par le bruit en milieu professionnel coûtent chaque année de l’ordre de 1,2 milliards d’euros.

Source : www.sante-auditive-autravail.org

Bruit & son : quelles différences ?

Le son est une vibration qui se propage sous forme d’ondes dans un milieu solide, liquide ou gazeux (l’air par exemple).

Si le son est perçu comme agréable (musique, chant des oiseaux…), il devient bruit quand il dérange (tondeuse du voisin, trafic routier…).

Chaque individu perçoit le son de façon différente, cependant les dangers du bruit pour notre capital auditif sont bien réels.

Le son en détail

Le son est défini selon plusieurs critères :
Les décibels, le temps d’exposition, la fréquence et la typologie du bruit.
L’échelle de perception du bruit ci-dessous illustre les seuils de dangerosité en fonction des décibels atteints.

L’oreille humaine entend les sons compris entre 0 et 120 dB.

A partir de 120 dB on parle de seuil de douleur.

Dans le milieu professionnel, l’exposition au niveau sonore est réglementée et des actions doivent être mises en place par l’employeur dès que l’ouïe est exposée à un niveau sonore supérieur à 80dB(A).

Le temps d’exposition est également un indicateur essentiel.
La dose de bruit est, elle aussi, réglementée.
8 heures par jour à un bruit de 80 dB (restaurant scolaire par exemple) équivalent à une exposition de 30mn à un bruit de 92 dB (scie circulaire par exemple).
Le dépassement régulier de cette « dose» de bruit expose le système auditif à un risque de détérioration.

Un autre critère à prendre en compte dans la dangerosité du bruit est sa typologie.

  • Bruit continu = il est cLe temps d’exposition est également un indicateur essentiel.
    La dose de bruit est, elle aussi, réglementée.
    8 heures par jour à un bruit de 80 dB (restaurant scolaire par exemple) équivalent à une exposition de 30mn à un bruit de 92 dB (scie circulaire par exemple).
    Le dépassement régulier de cette « dose» de bruit expose le système auditif à un risque de détérioration.onstant et ne varie pas
  • Bruit fluctuant = il varie de façon continue
  • Bruit intermittent = il se manifeste de temps en temps
  • Bruit impulsionnel = il dure moins d’une seconde

La fréquence d’un son correspond au nombre de vibrations par seconde, elle est exprimée en Hertz (Hz).

S’il y a beaucoup de vibrations par seconde, la fréquence est élevée, le son est aigu. Inversement, plus la fréquence est basse, plus le son est grave.

Selon leur fréquence, les ondes sonores peuvent être classées en 3 catégories :

  • Les ondes audibles de 20Hz à 20KHz 
  • Les infrasons en dessous 20 Hz
  • Les ultrasons au-dessus de 20KHz

Le saviez-vous?

Le décibel est une unité logarithmique, les niveaux de bruit ne s’additionnent pas.
Quand on double la source sonore, le son est augmenté de 3dB

Comment fonctionne notre oreille ?

Siège de l’équilibre et de l’audition, notre oreille est composée de 3 parties :

La 1ère CAPTE les sons (l’oreille externe) :

Le son entre dans l’oreille via le pavillon et est dirigé jusqu’au tympan via le conduit auditif.

La 2ème AMPLIFIE & TRANSMET les sons (l’oreille moyenne)

L’onde sonore fait vibrer le tympan. Il active le mouvement des 3 petits osselets (le marteau, l’enclume et l’étrier) qui amplifient le son et de le transmettent à l’oreille interne.

La 3ème (l’oreille interne), TRANSFORME les vibrations en influx nerveux jusqu’au cerveau. Une fois transmise à la cochlée, la vibration est transformée en impulsion électrique grâce aux cellules ciliées et transmise au cerveau par le nerf auditif.

Zoom sur la cochlée

La cochlée est l’organe principal de l’audition. C’est une sorte de tube en colimaçon rempli de fluide et tapissé d’environ 15 000 cellules ciliées.

Les cellules ciliées sont fragiles et ne se régénèrent pas.

Même si une partie de ces cellules vieillissent et meurent naturellement (presbyacousie), chaque événement sonore traumatique (exposition régulière au bruit fort, explosion, certaines professions exposées au bruit) endommage les cellules ciliées et les détruit. Quand ces cellules ne sont plus assez nombreuses, la perte d’audition apparait.

Au travail comme dans la vie de tous les jours, il est donc essentiel pour notre capital auditif et notre santé en général de se protéger de la pollution sonore en adoptant les bons gestes : limitez l’exposition au bruit en vous éloignant de la source sonore ou portez des protections auditives.

Chez Prod’Embout Technologie nous proposons une gamme complète de Protections Individuelles Contre le Bruit (PICB) pour les milieux professionnels, découvrez nos produits.

Comment choisir vos protections auditives ?

Parmi tous les protecteurs d’oreille disponibles sur le marché, vous avez besoin d’aide pour faire le bon choix ?

Comment se déroule une prise d’empreinte ?

C’est grâce à cette empreinte que la protection auditive est parfaitement ajustée et qu’elle offre un confort maximum.

La surdité professionnelle, parlons-en !

59% des actifs (enquête IFOP pour JNA) déclarent être gênés par le bruit sur leur lieu de travail.

Un nouveau règlement européen, qu’est-ce que cela change ?

Depuis le 21 avril 2018 un nouveau règlement relatif aux Equipements de Protections Individuelles est entré en vigueur.